• Harmonie

    La danse des feuilles, ou danse de la vie!

     



    Cette peinture représente, à première vue, simplement des arbres. Pourtant, elle me touche paticulièrement. Tout d'abord, j'adore les bois, vraiment, mais elle a une histoire, la découverte de cette peinture!

     

     

    Je vous raconte...
    Pour ceux qui ont lu "Michael, l'éveil du coeur", j'y décris un rêve où est présent un arbre, que j'identifie comme un peuplier ou un bouleau, par la forme arrondie de ses feuilles. Je retiens, de ce songe, la luminosité des feuilles dorées et le souffle magistral qui les emportent dans un balai aérien somptueux! J'ai été tant "bousculée" par ce rêve, que j'avais tout de suite entrepris des recherches sur le net. Les termes "Danse des feuilles" me sont venus spontanément pour définir mon rêve, et donc ma recherche en images. J'ai obtenu ce résultat, qui répond d'assez près et joliment à mes attentes!
    J'ai tenté, récemment, de retrouver cette peinture, comme je l'avais fait il y a un an et demi... peut-être pour trouver son origine. Au bout de 8 pages visitées, j'ai laissé tomber, sans succès! A la place, j'ai fait une nouvelle recherche sur le nom du peintre, que l'on distingue en bas à droite: "Duguay".
    Le seul dessinateur qui porte ce nom, et qui est aussi en première ligne chez Google, c'est
    Mario Duguay  (son nom contient le lien vers son site, si la curiosité vous pique) Il fait un travail lumineux et féérique, franchement axé sur... sa spiritualité!

     

    "les yeux du coeur", de Mario Duguay

    C'est un parcours assez atypique que celui de cet homme, qui a surmonté de sombres années pour en arriver là! Je ne suis pas déçue d'être tombée "chez lui", car, même s'il ne semble pas être l'auteur de "la danse des feuilles" (le style est radicalement différent), la découverte de son monde reste, tout comme ma peinture, une belle surprise!

                                                                                                                Auteur inconnu...?
    Un peu de poésie...        


    L’arbre, de Fernand Gregh



    C’est l’Arbre. Il est opaque, immobile, et vivant.

    Il baigne dans le ciel, il trempe dans le vent.

    Une nuit verte inonde en plein jour ses ramures.

    La moindre brise en tire un millier de murmures

    Et toujours quelque oiseau qui plonge dans l’air bleu ;

    Puis, quand le crépuscule épaissit peu à peu,

    Tel qu’une eau sous-marine et glauque, le silence,

    Lentement il le boit comme une éponge immense.

    Son front semble, le soir, se perdre au plus profond 
                           

    De l’ombre ; et par les nuits où les étoiles font

    Luire au travers et scintiller leurs clartés blanches,

    Il a l’air de porter tout le ciel dans ses branches,

    Il se dresse touffu, secret, vertigineux :

    Son tronc énorme est bossué d’énormes nœuds ;

    De vifs surgeons verdoient à son pied centenaire ;

    Chacun de ses rameaux semble un arbre ordinaire…

    Quelle pensée auguste et douce habite en lui ?

    Que rêves-tu, grande Ame encor jeune aujourd’hui

    Qui l’occupes du fond des temples, et t’y recueilles ?


    On le sent respirer, lent, de toutes ses feuilles…



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :